Témoignage de Nicole JOULIEU, Pascale et Aurélie RIVET – Octobre 2014

C’est grâce à Clarisse Lhez notre filleule, nièce et cousine, volontaire auprès de l’association ELANS, que nous avons fait la connaissance de l’Afrique noire, du Cameroun et de TOCKEM, dans l’ordre.

Elle séjourne à Ntsingbeu pour 9 mois dans le cadre de TOCKEM Tourisme et l’occasion nous est apparue trop belle de cumuler le plaisir de passer quelques jours en sa compagnie et de découvrir un monde qui nous était totalement étranger.

Passé le choc de la chaleur moite de Douala et de la multitude affairée dans tous les modes de transports possibles au milieu de « rues-routes » affolantes d’activités colorées, nous avons pu goûter, dans le confort d’un 4X4 de luxe, la 1ère curiosité camerounaise : la circulation ! Heureusement, accompagnées, tout au long de nos pérégrinations par des chauffeurs locaux, qu’ils fussent occasionnels ou professionnels, nous nous sommes senties en totale sécurité.

C’est dans un paysage verdoyant, de plus en plus vallonné et après un détour sur les chutes Eckom Nkam, où nous fûmes accueillies par un superbe arc en ciel, que notre route nous a menées à la porte de la chefferie Bafou pour emprunter la piste jusqu’à TOCKEM.

Surprises de découvrir à notre arrivée un véritable village comprenant des constructions modernes et spacieuses qui abritent, outre les lieux d’accueil des touristes, des écoles, une maison des jeunes, une église, plusieurs salles de réunion et de spacieux logements.

L’accueil qui nous fut réservé fut chaleureux et attentionné, nos boukarous confortables et décorés avec soins dans un cadre verdoyant et fleuri.

Le programme qui nous avait été concocté par Clarisse et l’équipe a comblé nos attentes : variété des excursions, expériences des moyens de transports locaux dont la mototaxi ne fut pas la moins aventureuse, courses en montagne enrichies de rencontres avec des éleveurs locaux à l’accueil plein de gentillesse et d’attention sans oublier les chefferies et leurs guides facétieux et le musée des civilisations de Dschang qui nous a permit d’enrichir notre connaissance historique, culturelle et sociale du Cameroun.

Nous avons également cherché à rencontrer des hippopotames en canoës sur le NOUN mais ils nous ont boudées ! L’excursion fut très réussie tout de même.

En vrai filles, nous avons aussi parcouru moults marchés, rue commerçantes et boutiques avec une fréquentation assidue des vendeurs de tissus.

Notre vie à TOCKEM fut paisible et des plus confortables entourées que nous étions par tout le personnel.

Des repas variés et délicieux grâce à M. Raymond, son équipe et les confitures d’Hélène, un accompagnement attentif et documenté de Germain, Patrick et Lobé, les sourires de Papa Fa, les massages de Magni Rose ont rendu notre séjour des plus agréables.

Les rencontres avec les volontaires logés à TOCKEM et, lors de notre visite de la chefferie Ntsingbeu, celles avec le Directeur de l’école, le responsable de la Maison des Jeunes et un groupe d’habitants en réunion de « tranche d’âge » nous ont éclairées sur les buts de cette organisation.

Ainsi nous furent présentées les actions formidables entreprises dans les domaines de l’éducation, la santé, la protection de l’environnement et l’amélioration du niveau de vie des villageois grâce à TOCKEM Tourisme et l’association partenaire ELANS auprès des populations locales tant dans le village que jusqu’à Dschang.

Nous avons terminé notre voyage par une escapade à BUEA et LIMBE pour goûter l’Atlantique à 26°, le maquereau grillé mangé avec les doigts et le barracuda !

De superbes vacances pour nous dans un pays attachant, une région douce à vivre en cette saison et un lieu de séjour charmant que nous recommanderons avec l’égoïste satisfaction d’avoir été un peu utiles…

Nicole Joulieu avec Elans au Cameroun

Témoignage de Carole et Teddy – Février 2014

Après quelques jours sous le soleil de Kribi, nous avons continué ces vacances en partant en direction de l’Ouest. Nous sommes passés en mode « touristes solidaires » en allant à Tockem.

Tockem est une association « de solidarité dont le but est de contribuer au développement participatif et durable des populations du Cameroun » en mettant en place différents projets. Parmi ceux-là, il y a donc le projet « tourisme » et la création d’une structure d’accueil des touristes au cœur de la chefferie  Ntsingbeu à Bafou, près de Dschang.

A notre arrivée, nous avons été agréablement surpris par le cadre! Quand on voit les structures touristiques du pays, on comprend qu’ici un travail important a été fait! Beaucoup de verdure, un bel aménagement, tout le confort auquel nous-autres occidentaux sommes habitués, du personnel serviable et accueillant… Vraiment pas mal!

En plus, nous étions les seuls pendant 3 jours sur les 4 où nous sommes restés… Pouvoir choisir l’heure  des repas, le menu, avoir un personnel presque à son service, c’est quand même agréable.

Témoignage de Carole et Teddy avec Elans au Cameroun
 

Rapidement, on nous explique en quoi consiste Tockem et les différents projets de l’association. Il y a plusieurs grands thèmes comme la santé, l’hygiène, l’éducation… Tout est fait en essayant toujours d’impliquer le plus possible les populations locales. Et c’est aussi important de faire comprendre aux touristes que tout cela fait partie d’un projet global de développement. Au cours d’une balade dans le village, on a même pu rencontrer certaines personnes travaillant avec Tockem qui nous ont expliqué plus en détails ce qu’ils font ici et comment… Ce qu’on peut dire c’est qu’il y a énormément de choses à développer et cela demande un travail considérable!

Au-delà du logement, Tockem propose tout un tas de services et d’excursions. Nous avons notamment testé le massage par une habitante du village (à 8€ l’heure!), acheté de la confiture exotique (patate douce, goyave, papaye… Miam!) fabriquée dans le village, pris un repas chez l’habitant… Et surtout, on a pu faire des excursions tous les jours avec un guide! La région est très belle et il y a beaucoup d’endroits vraiment intéressants à voir et de choses à faire! Mais tout cela sera détaillé dans un futur article!

Témoignage de Carole et Teddy avec Elans au Cameroun
Témoignage de Carole et Teddy avec Elans au Cameroun

 

Au final, on a passé un séjour sympathique dans le village. C’est une très belle initiative dans un pays où il y a encore beaucoup à faire pour développer le tourisme. Le coté immersion dans la culture locale et proximité avec la population est vraiment intéressant. On repart avec l’impression d’être un peu utile et de pas faire les touristes de base qui débarquent et s’en foutent des gens qui vivent ici…

Une expérience enrichissante à refaire!

Carole et Teddy

Témoignage de Dominique Muzzolini – Avril 2013

Témoignage de Dominique Muzzolini avec Elans au Cameroun
 
J’ai été une nouvelle fois ravie de retrouver TOCKEM après mon précédent voyage en 2010 !

Beaucoup d’initiatives ont été prises pendant ces 3 années démontrant ainsi la volonté de chacun de participer à   cette expérience de tourisme solidaire !

Merci à

Patrick, excellent guide, infatigable, s’occupant particulièrement bien des touristes présents et toujours avec le sourire,
Hélène et ses délicieuses confitures,
Nadège, la couturière,
Sylvie et ses surprenants champignons,
Rose et ses massages de bien-être;
Sans oublier la cuisine de Raymond et Jeannette, les jardins de Fabien, le service toujours impeccable de Ornella et GhislainEt bien sûr Germain pour la coordination

Merci à tous et à très bientôt !

Dominique

Témoignage de Dominique Muzzolini avec Elans au Cameroun
Témoignage de Dominique Muzzolini avec Elans au Cameroun

Témoignage de M. et Mme Devin – Mars 2013

Nous garderons un excellent souvenir de notre séjour.
Dès l’accueil et pendant tout notre séjour l’ensemble du personnel a été attentif et prévenant. Toutes nos demandes ont été écoutés et exaucés avec gentillesse.

Témoignage de Mr et Mme Devin avec Elans au Cameroun
 
Le programme que nous avions préparé en commun a été scrupuleusement respecté. Il nous a permis de découvrir une région du Cameroun luxuriante et généreuse.

Les paysages de collines verdoyantes et cultivées, l’habitat et les sites naturels en particulier les deux lacs de cratère nous ont ravis.
Les rencontres journalières avec des camerounais curieux et fiers de leur pays nous ont humainement enrichies.

La découverte concrète des actions d’ELANS et de TOCKEM sur le plan de l’éducation, de la santé et du développement des activités locales sont source d’espoir en la fraternité humaine.
Merci pour tout. A une autre fois, qui sait.

Bien amicalement
Nicole et Jean Devin

Témoignage de Mr et Mme Devin avec Elans au Cameroun
Témoignage de Mr et Mme Devin avec Elans au Cameroun

Témoignage de M. et Mme Blanc et M. et Mme Barrailler – Janvier 2013

De retour en France, nous voulons  remercier  toute l’équipe TOCKEM pour l’agréable séjour que nous avons passé chez vous.

Merci à  tous ceux qui nous ont servis de guide pour découvrir les réalisations  dans le village ou les beautés naturelles des paysages, sans compter les  visites plus touristiques de Foumban et de Dschang.

Nous espérons que  Ghislain ne garde pas trop mauvais souvenir de notre passage après la  longue marche que lui a fait faire Jacques !

Merci aux cuisinier/cuisinières qui nous ont régalés de leurs  spécialités et à tous ceux qui par leur travail ou leur présence ont  contribué à faire de ce séjour un très agréable moment.

Nous vous souhaitons de poursuivre avec réussite l’action de  développement que vous avez entreprise.

Bien cordialement
M. et Mme  BLANC
M. et Mme  Annick BARRAILLER

Témoignage de Mr et Mme Blanc et Barrailler avec Elans au Cameroun

Témoignage de Patricia et Jean Michel Maronne, bénévoles d’ELANS – Janvier 2013

Notre séjour à TOCKEM
Témoignage de Patricia et Jean Michel Maronne avec Elans au Cameroun
 
Les pélerins, les randonneurs ne marchent pas ou très peu l’hiver, c’est pourquoi nous avons proposé nos compétences à ELANS .

C’est l’histoire d’une rencontre avec un pèlerin, Ghislain, qui a fait une halte dans notre gîte en Mai 2012 et nous a parlé de son engagement. C’est ce genre de moment qui peut éveiller les consciences (merci Ghislain !).  Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rencontres.

Avec ELANS et notre « activité » d’hébergeur, c’est une même philosophie : donner, partager, rencontrer.

Nous avons participé, œuvré pour promouvoir le tourisme solidaire, intégré et durable à TOCKEM.

TOCKEM est notre famille d’accueil de là-bas et nous y sommes très attachés. Quelle belle ethno-expérience humaine ! A poursuivre, c’est une évidence.

Vivre la rencontre entre deux mondes avec pour objectif d’être utile, d’accompagner les initiatives de développement des populations locales … c’est çà notre engagement et la mission que nous avons acceptée et accomplie avec bonheur.

Ainsi ce sont inscrits nos premiers pas sur le chemin de la fraternité, de la solidarité et bien plus encore …
C’est avec beaucoup de plaisir que nous pourrons vous raconter, vous qui passez par notre gîte: www.gitedelestos.com
 

Témoignage de Patricia et Jean Michel Maronne avec Elans au Cameroun

Jean Michel et Blaise

Témoignage des élèves de 1ère STMG du Lycée Fustel de Coulanges de Yaoundé, Décembre 2012

Ouest 2012, ou les aventures de la 1ère STMG en Pays Bamiléké

Témoignage des élèves du Lycée Fousel de Coulanges avec Elans au Cameroun
 

Du 10 au 13 décembre 2012 le Centre de Tourisme Equitable Tockem a reçu, pour la 5ème année consécutive, la Classe de 1ère STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) du Lycée Français Fustel de Coulanges de Yaoundé.

Ce séjour pédagogique est programmé afin de répondre non seulement à la volonté de notre lycée de s’ouvrir sur son pays d’accueil ; mais aussi pour permettre aux élèves de confronter leurs acquis académiques avec la réalité du terrain.

A l’issue d’un voyage à la fois long et quelque peu ennuyeux nous sommes arrivés vers 16 heures à Tockem. Comme à l’habitude la réception organisée par l’ensemble de l’équipe Tockem, Germain Métangmo en tête, a été chaleureuse et nous a permis d’oublier les 5 ou 6 longues heures passées dans un bus au confort … limité.

Après une rapide installation dans les chambres (2 ou 3 par chambrée), les élèves se sont rendus sur le terrain de foot du village où un match endiablé a opposé une équipe composée de jeunes du village à celle composée par les garçons de notre groupe. Le résultat de cette partie reste anecdotique d’autant plus que l’équipe victorieuse varie … selon les sources consultées … Quoi qu’il en soit, les « fustelliens » se sont fondus dans leur nouvel univers da façon quasi instantanée.  Tellement bien fondus qu’il y aura, le lendemain, un match retour dont le résultat restera tout aussi mystérieux, à ceci près que certains évoqueront, en plus, un « nul » …  L’important est de participer, aurait dit ce cher baron de Coubertin ! Non ?

Epuisés par le voyage, la partie de foot, un repas roboratif, un  jeu de Monopoly qui se sera prolongé une bonne partie de la soirée et, partant, une nuit assez courte, la majorité de la troupe avait une « petite mine » au petit déjeuner, pris à 7 heures 30, le lendemain. Malgré tout, nous sommes tous dans le bus vers 8 heures 30 et nous partons, accompagné de Jean Michel Maronne, sympathique volontaire apportant son savoir-faire multiple à l’association Tockem, vers le Centre des Energies Renouvelables (ACREST). Une petite quarantaine de minutes de bus, en grande partie sur une piste bien poussiéreuse, et nous y sommes.  Accueillis et guidés par Béatrice Yéméné, Chargée de communication de ACREST, nous découvrons qu’avec des idées peu onéreuses et de l’imagination, il est possible d’optimiser l’usage de l’énergie et, ainsi, de concourir à la protection de notre planète. Qu’il s’agisse d’utiliser la force éolienne (le vent) ou hydraulique (l’eau) pour faire tourner des machines, de réaliser du « charbon écologique » avec des résidus végétaux ou de fabriquer et proposer des foyers plus économes en combustible. Nous abordons ainsi, par l’illustration, les problématiques du développement durable et de l’utilisation raisonnée des ressources de la Terre.

Après le repas de midi pris à Tockem, nous chaussons nos … chaussures de marche pour une longue balade à travers la communauté villageoise de Bafou où se situe Tockem. Outre les différentes réalisations conduites par l’association (dispensaire ouvert 24 heures sur 24, école primaire, centre de formation professionnel pour jeunes filles, soutien scolaire, …) nous aurons l’opportunité de nous familiariser avec les traditions et la culture bamiléké, les pratiques agricoles locales et, d’une façon générale, la vie au quotidien des habitants. Nous nous familiarisons également avec plusieurs initiatives économiques locales (fabrication de confitures, culture du champignon, …) que certaines familles de Bafou ont pu initier grâce à des micro-prêts  mis à leur disposition par l’Association Tockem. Nous terminons cette première journée consacrée au développement durable par une très intéressante conférence consacrée à la gestion et à la valorisation des déchets, notamment par la fabrication de compost destiné à remplacer le plus souvent les engrais chimiques.

Ce soir, nous ne dînons pas à Tockem ; mais bel et bien chez certaines familles du village. Répartis en plusieurs groupes nous expérimentons l’hospitalité bamiléké et la gastronomie locale. Gastronomie sur laquelle les avis resteront des plus partagés. A notre sens, l’important n’était cependant pas tant la cuisine bamiléké ; mais bel et bien les échanges que nous avons eus avec des personnes dont l’univers est bien loin du nôtre. Retour à Tockem vers 20 h 30, 21 h selon les groupes et s’ouvre une nouvelle soirée emplie de longues discussions et d’un nouveau Monopoly aussi acharné que la veille. Nous nous retrouvons, toujours aussi tôt, devant un petit déjeuner destiné à recharger nos batteries avant une nouvelle longue journée !

Aujourd’hui, donc, journée consacrée à la culture, à l’histoire et à l’action sociale.  Nous partons pour Dschang, la grande ville universitaire de l’Ouest Cameroun, pour visiter le Musée des Civilisations. Sous la conduite du sympathique et compétent Honoré, nous nous familiarisons tout à la fois avec l’Histoire du Cameroun et avec les différents peuples qui le constituent. Bien entendu, la majeure partie de la visite sera consacrée au peuple Bamiléké puisque notre séjour se déroule dans son aire géographique. Visite enrichissante et pleine de vie grâce à un Honoré tout à la fois guide compétent et acteur consommé.

Après une brève visite à l’Alliance Franco Camerounaise qui jouxte le Musée (visite durant laquelle M. Marie préférera visiter le minuscule musée ethnographique attenant, lieu où officie un étonnant conservateur, surnommé Black Jah, beaucoup plus intéressé par le blues que par la gestion de son musée ! « Personnage curieux », appréciera le visiteur du jour !)

Pique nique sur les pelouses de la base nautique de Dschang, puis nous nous rendons au CREFISAC, plus prosaïquement appelé Centre des Aveugles. Centre des Aveugles ?  Qu’est-ce que cela ? Il s’agit d’un projet visant à procurer tout à la fois un toit et une activité rémunératrice à une quinzaine de mal et non voyants. Le Centre, désormais agrée par le gouvernement camerounais, résulte de la volonté sans faille de Mr Vincent Nanfack qui a investi sans compter son temps et ses ressources durant près de 10 ans. Aujourd’hui, la quinzaine de résidents parvient à générer des revenus grâce à la vannerie, l’élevage et la fabrication de meubles. Outre cela, le Centre forme ses membres à la lecture et l’écriture en alphabet braille (alphabet destiné aux aveugles) avec, notamment le recours à l’outil informatique.

Après une halte shopping au centre artisanal de Dschang (quelques bourses s’en souviennent douloureusement), nous regagnons Tockem pour notre ultime soirée sur place. Diner, Monopoly, conversations sans fin et, au final, encore une courte nuit !

Pour l’ultime matinée à Tockem nos accompagnateurs nous donnent quartier libre. Certains  récupèrent quelques précieuses minutes de sommeil, d’autres bavardent ou se baladent à travers Bafou, certains jouent à la … balançoire. Vers 11 heures, nous nous regroupons dans la salle commune où M Pierre-Marie Metangmo, chef traditionnel de la communauté Bafou, intervient afin de nous éclairer quant au sens de son engagement au profit de sa communauté, à savoir payer de retour une communauté qui lui a non seulement permis de mener à bien ses études de médecine ; mais aussi d’avoir l’opportunité d’exercer tant en Europe qu’aux Etats Unis. C’est pourquoi, en créant l’association Tockem, et grâce des partenaires français tels que l’association ELans, le département du Nord ou encore la ville de Halluin, le Docteur Metangmo souhaite concourir activement au développement de son village natal.

A l’issue de cette conférence, nous faisons nos adieux à l’ensemble de l’équipe et  nous quittons Tockem afin de regagner Fustel. Néanmoins, sur le chemin du retour nous faisons une rapide halte aux chutes de la Mechté, à la fois pour admirer cette curiosité géographique et pour entendre d’intéressantes légendes sur les génies des eaux racontées par quelques villageois présents sur les lieux.

Témoignage des élèves du Lycée Fousel de Coulanges avec Elans au Cameroun

Intervention du Dr Pierre-Marie Metangmo

Témoignage des élèves du Lycée Fousel de Coulanges avec Elans au Cameroun

Leçon de Braille au CRESIFAC

 

Témoignage des élèves du Lycée Fousel de Coulanges avec Elans au Cameroun

Match de football au village

Témoignage des élèves du Lycée Fousel de Coulanges avec Elans au Cameroun

Repas chez l’habitant

 

Témoignage des élèves du Lycée Fousel de Coulanges avec Elans au Cameroun

Conférence animée par Thérèse sur la gestion des déchets

L’Ambassadeur de France au Cameroun séjourne à TOCKEM

Son Excellence, Mr l’Ambassadeur de France au Cameroun, Bruno Gain, était à TOCKEM le 24 mai dernier. Après avoir passé une agréable nuit à TOCKEM, il a déclaré vouloir revenir avec sa famille pour découvrir les projets de TOCKEM et a apprécié la démarche de Tockem qui s’inscrit ainsi dans une logique de développement à partir du tourisme solidaire.

Témoignage de l'Ambassadeur de France avec Elans au Cameroun
Témoignage de l'Ambassadeur de France avec Elans au Cameroun

Témoignage de Ghislain Berland – Mars 2012

Souvenir de notre séjour de mars 2012 à TOCKEM…

Témoignage de Ghislain Berland avec Elans au Cameroun

Mon 4ème voyage à Bafou : la révélation !

Pour ce 4ème voyage, en tant que membre d’ELANS, j’ai accompagné la délégation de 8 membres de l’association pour les 10 ans de notre action à Ntsinbeu.

Evidemment, nous avions, chacun, au nord et au sud, «un savoir-faire» à partager. Pour moi, c’était tout ce qui touche à l’alimentaire, à la cuisine de TOCKEM et, notamment, la formation aux A.P.C. : (Agent Polyvalent du Changement). Ces personnes, volontaires, s’engagent auprès de TOCKEM, à respecter un cahier des charges qui va vers une meilleure hygiène de vie, et en contrepartie, l’association leur octroie un prêt qui leur permettra de vivre décemment.

Ainsi, il y a une masseuse, une épicière, une personne qui cultive d’excellents champignons, un éleveur de moutons, une boulangère, une confiturière etc…

Je me suis donc formé en quelques heures auprès d’un spécialiste à Halluin, la boulangerie-pâtisserie Tennier. Heureusement mon «passé» de cuisinier-traiteur-boucher m’a aidé beaucoup à suivre ! Martin m’a prodigué toutes les astuces et autres conseils pour réaliser le «pain à la française».

Fort de cette expérience, je suis donc parti avec moultes recettes de baguettes, pizzas et autres brioches.

Dès la 1ère réunion avec les personnes concernées, Brigitte, la boulangère m’attend impatiemment… :«Bonjour Ghislain, le maçon est à l’œuvre, je suis prête ! Mon four sera bientôt opérationnel»

Avec une photocopie de mes recettes, je vais donc dans sa modeste demeure où, déjà, elle confectionne depuis des mois un pain de qualité que l’association TOCKEM achète et qu’elle met sur la table de ses clients-touristes tous les matins.

Ce pain, elle le cuit dans un petit four de cuisine ! Le four n’a même pas le temps de refroidir car elle ne peut cuire que 4 pains à la fois ! Le matin, elle se couche à plus de minuit pour préparer la pâte et se lève à 5h pour servir du pain frais !

Dans son futur atelier, le maçon est à l’œuvre et termine le four d’une capacité de 60 pains. Son four au bois est déjà en action !!!

Bref, nous retournons dans sa petite cuisine. Tout est prêt pour la démonstration. Brigitte, en bonne professionnelle, prend des notes et pose des questions judicieuses.

Je confectionne des baguettes, une brioche et même une pizza, qui fera la joie des enfants. «Bon, la brioche, ce sera sûrement pour les touristes car le prix de revient est trop élevé à cause des ingrédients trop chers qui la composent ! » dis-je, «mais il faut que tu puisses en faire si toutefois les touristes en font la demande ! »

Le lendemain, son mari, installé dans sa petite échoppe me hèle. Je m’approche et constate avec surprise que de belles petites brioches sont en vente à prix modique pour les écoliers.

«Comment as-tu fait ?» lui dis-je «J’ai minoré les ingrédients chers de la brioche pour la rendre accessible à la clientèle du village ! » me déclare- t-il avec un grand sourire. Décidément, cette ingéniosité permet à notre boulangère de faire marcher son commerce et de pouvoir ainsi faire vivre sa famille et rembourser son prêt.

Il en va de même pour les 8 autres A.P.C. Voilà la différence ! Il y a 13 ans, lors de ma 1ère visite, tous les habitants étaient demandeurs… maintenant, ils sont acteurs ! De plus, cette vitalité est contagieuse ! Tant mieux !

Dans d’autres villages aux alentours, les chefs traditionnels eux aussi construisent des hébergements pour accueillir les touristes ; ainsi, depuis cette année, comme il y a chez nous la «route du vin» il y a maintenant au Cameroun, la «route des chefferies» !!!

Ghislain Berland

Témoignage de Mireille et Michel BERNIER – Janvier 2012

2012 : Notre troisième séjour au centre touristique de Tockem
 
Témoignage de Mireille et Michèle Bernier avec Elans au Cameroun
 
Pour notre troisième séjour au Cameroun (les 2 précédents en fin d’années 2007 et 2009), nous avons choisi une période un peu plus avancée dans la saison sèche (mi-janvier à mi-février).

Le climat
En raison de l’altitude, même en plein milieu de la saison sèche, le climat est très agréable dans la région de Dschang. Pas de chaleur humide et étouffante qui vous surprend à la descente de l’avion, à Douala. Pas de température intense et desséchante comme dans la région de Maroua. On a l’impression d’être perpétuellement au début de l’été européen, la pluie en moins (ou si rarement) : petit matin brumeux et frais, journées ensoleillées, soirées agréables.

Les locaux
Nous disposions du boukarou n° 2, celui avec un balcon et vue sur la campagne et le mont Batsinglah. En quelques années, les logements de Tockem ont vu un certain nombre d’améliorations : eau chaude en permanence, nouveau mobilier, électricité quasi-régulière grâce une ligne plus récente et à un groupe électrogène suffisamment puissant, peintures des murs refaites… L’accès aux boukarous s’est grandement amélioré suite au pavement du chemin d’accès. L’environnement immédiat est toujours aussi agréable et plantes et pelouses sont parfaitement entretenues par Fabien le jardinier.

La restauration
Difficile de venir à Tockem pour faire un régime ! En effet, les repas sont variés et copieux. Au petit-déjeuner, on peut désormais compter sur du jus de fruits frais préparé par M. Raymond, le chef cuisinier, du pain fabriqué et cuit par Brigitte, des confitures « maison » cuisiné par Hélène et, s’ajoutant au thé ou au café, on peut déguster un délicieux cacao.

Les personnes attachées au centre touristique
Nous avons eu beaucoup de plaisir à retrouver Germain (le directeur du centre touristique), Jeannette (la cuisinière), Ghislain (serveur le soir et blanchisseur), Fabien (le jardinier) et Ibrahim (le gardien de nuit).
En 5 ans, de nouvelles personnes ont intégré l’équipe du centre touristique : M. Raymond, le chef cuisinier qui maîtrise parfaitement son art (après une formation dans plusieurs établissements de renom) alliant variété des menus avec une parfaite hygiène de préparation (nos organismes sensibles d’européens n’ont jamais eu à subir le moindre problème),
Ornella, timide mais efficace serveuse le matin et au déjeuner, Rosalie, la ménagère,
Patrick, un jeune étudiant qui propose des visites guidées de la chefferie et du village.

Les activités proposées
Lors des deux précédents séjours, nous avions pas mal « écumé » les sites de la régions mais en 2 ans, de nouvelles possibilités se sont offertes. Le projet de la « Route des Chefferies » a permis ce développement et certains villages commencent à prendre conscience du patrimoine ou du potentiel touristique dont ils disposent.
Ainsi, cette année, nous avons visité le Musée des Civilisations de Dschang, le Musée de l’esclavage à la chefferie Bamendjinda, le musée de Baham. Il est à noter l’effort fait dans ces 3 lieux quant à la qualité des guides et de leurs commentaires ainsi que de leur disponibilité à répondre à nos questions.
Nous sommes également allés voir l’exposition « Forge, Art et Pouvoir » à Bandjoun, le lac Baleng, une usine de conditionnement de café et fèves de cacao, un centre des Énergies Renouvelables. A Dschang, nous sommes bien sûr retournés voir le C.R.E.F.I.S.A.C. (centre d’insertion pour aveugles et malvoyants), le Centre Artisanal, le marché.
Ces visites nous ont laissé, malgré tout, suffisamment de temps pour rester au village de Ntsingbeu et garder un contact avec la population et les acteurs des différentes actions du projet TOCKEM. La venue de plusieurs classes des lycées de Yaoundé et Douala nous a permis de côtoyer des jeunes et d’assister à des soirées « contes et danses » organisées par la MJC, sous l’impulsion d’Ingrid. Enfin, Patrick nous a emmenés faire un tour de la Chefferie.
 
Témoignage de Mireille et Michèle Bernier avec Elans au Cameroun
 
Et puis il y a aussi toutes les activités imprévues qui dépendent souvent du calendrier. Ainsi en 2009 nous avions assisté à des funérailles très imposantes et à la fête dite « le Lemoû » rassemblant le peuple Bafou. Cette année, nous avons été invités par le chef Pierre-Marie Metangmo au mariage traditionnel de sa première fille. Car, au Cameroun, toute personne de passage est la bienvenue, coutume qui n’a plus cours en France, hélas !
Il n’y a donc pas de risques à s’ennuyer quand on choisit un séjour au centre touristique de Tockem.

Les autres actions du projet TOCKEM
Le centre de tourisme solidaire de TOCKEM n’est qu’un des volets du projet. Les autres actions concernent directement la vie des habitants du village :
– un Centre de Santé accueille les malades et a en charge un programme destiné à la Petite Enfance
– une école en pleine expansion passant, en dix ans, de 58 élèves à 388 élèves
– une Maison des Jeunes et de la Culture comprenant une bibliothèque, une salle informatique, animée par Ingrid, une jeune femme dynamique
– un Centre de Formation pour Jeunes Filles
– des projets environnementaux dans les domaines de l’eau (forages, points d’eau, épuration), de la gestion des déchets (tri sélectif, ville de Dschang)
– une éducation au développement au travers de formations destinées aux élus, au personnel municipal
– un soutien à l’artisanat local.
Pour permettre à ces actions d’aboutir, de nombreux partenaires apportent une aide financière et humaine : l’association ELANS, la mairie d’Halluin, le Conseil Général du département du Nord, le Conseil Régional du Nord-Pas de Calais, quelques entreprises … et le centre touristique de Tockem qui reverse 15% de ses recettes aux projets.

Les prolongements possibles
Le centre touristique de Tockem propose également des destinations en dehors de la province de l’Ouest : Kribi, ses plages de sable fin et ses crevettes, Limbé proche du Mont Cameroun, son jardin botanique et ses poissons grillés au bord de la plage, Douala, Yaoundé…
Afin de permettre aux futurs touristes de séjourner au Cameroun en visitant aussi les provinces du Nord et de l’Extrême-Nord Cameroun, riches en curiosités (paysages somptueux des monts Kapsikis ou Alantika, parcs nationaux de Waza, de Bouba-Njida et de la Bénoué, architecture des villages, artisanat…), Stéphanie Vanhecke, chargée de mission d’ELANS au Cameroun, souhaite mettre en œuvre un échange entre le centre touristique de Tockem et Bichaïr, un guide et chauffeur de Mokolo dont nous avons pu apprécier les qualités et compétences en 2009 et cette année. Si ce partenariat voit le jour, il offrira un choix plus étendu de destinations pour les voyageurs attirés par le Cameroun.

Et après ?
N’étant toujours pas « rassasié » de nos différents séjours au Cameroun, nul doute qu’un quatrième aura lieu dans les années à venir. Nous avons le sentiment de n’avoir fait qu’un bout de chemin vers la compréhension de la culture bamiléké et qu’il nous reste tant à découvrir dans ce pays. Nous savons que nous pouvons compter sur un formidable accueil auprès des personnes que nous connaissons maintenant depuis plusieurs années et que nous considérons comme nos « amis camerounais ».
Nous sommes certains que tous les acteurs français et camerounais qui s’occupent des projets Tockem auront à cœur de continuer, pour perpétuer et améliorer ces « outils » de développement durable et solidaire.
 
Témoignage de Mireille et Michèle Bernier avec Elans au Cameroun
 
Un moyen de les aider est de participer aux projets existants comme à travers celui du centre touristique équitable de Tockem. Alors, pourquoi pas vous ?
Mireille et Michel BERNIER
 
Quelques adresses de sites à consulter :
TOCKEM : http://tockem.org/
Office de tourisme de DSCHANG : http://www.ot-dschang.com/
La Route des Chefferies : http://www.routedeschefferies.com/fr/index.php