Éducation

1. Appui aux collèges et lycées de la Ménoua
2. Projet de parrainage de Ntsingbeu
3. Projet Sainte Raïssa à Ntsingbeu
4. Projet Aghang

1. Appui aux Collèges et Lycées de la Ménoua

Contexte

Ce programme est un des axes de la convention de coopération entre le département de la Ménoua et le Département du Nord, mis en œuvre par ELANS et TOCKEM.

Un état des lieux réalisé par TOCKEM auprès de l’ensemble des collèges et lycées du Département de la Ménoua a mis en évidence le déficit en équipempent des infrastructures des collèges et lycées pour accueillir les élèves en toute sécurité puisque la plupart sont construits par les parents d’élèves en terre battue. Ils ne sont ni crépis, ni peints et les sols ne sont pas dallés ; les élèves travaillent dans de mauvaises conditions et sont ainsi exposés à des maladies. Un manque de matériel d’équipement a été relevé également, tant en ce qui concerne le mobilier des salles de classe que pour les équipements dans les ateliers et laboratoires.

A l’issu de ce constat, un cadre de concertation réunissant les Maires de la Ménoua, les autorités administratives de la Ménoua et les représentants de ministères de l’éducation, a été organisé en novembre 2008. Il a permis de définir l’orientation du programme éducation.

Objectifs

  • Réhabilitation, suivant les priorités retenues, des capacités infrastructurelles existantes (peinture, ouvertures) ;
  • Construction de latrines ;
  • Renforcement des capacités matérielles existantes : mobilier, équipements pédagogiques, réactifs de laboratoires, matériels d’ateliers techniques (machines à coudre, réfrigérateurs, ordinateurs, machine à écrire…) ;
  • Création et équipements de clubs environnements.

Exécution

Budget

Cofinancements du Ministère des Affaires Etrangères et du Conseil Général du Nord.

– 1ère convention triennale (2007/2009) : 107 000€

– 2ème convention triennale (2010/2012) : 91 000€

– 3ème convention triennale (2012/2015) : 75 000€

Appui aux Collèges et Lycées de la Ménoua

Les lycéens reçoivent les acteurs du projet

 

Appui aux Collèges et Lycées de la Ménoua
Appui aux Collèges et Lycées de la Ménoua

 


1. Appui aux collèges et lycées de la Ménoua
2. Projet parrainage de Ntsingbeu
3. Projet Sainte Raïssa à Ntsingbeu
4. Projet Aghang

2. Projet parrainage de Ntsingbeu

Dans toutes les sociétés, l’enfant a besoin de s’appuyer sur d’autres adultes que ses parents ou sa famille pour grandir.

Contexte

La rencontre avec les habitants ainsi que les responsables du village de Ntsingbeu nous a incités à mettre en place une démarche de parrainage scolaire, pour les enfants et leurs parents, mais également pour ceux et celles qui sont prêts à s’engager personnellement et durablement à leur côté.

Le parrainage tente de remédier à des inégalités sociales, en insistant sur l’apprentissage par l’école et la santé afin de permettre aux enfants de prendre leur destin en main. Il repose par ailleurs sur la construction d’une relation affective privilégiée instituée entre un enfant et un adulte ou une famille. C’est une relation de confiance basée sur la réciprocité.

Objectifs

Dans le cadre du projet de parrainage scolaire proposé par ELANS, il s’agit de permettre à 25 enfants orphelins ou démunis et scolarisés à l’école Sainte Raïssa (village de Ntsingbeu) d’être accompagnés dans leur scolarité dans de bonnes conditions.

Afin d’inscrire le parrainage dans une démarche collective, le projet prévoit la programmation d’une sortie annuelle des CM2 ainsi que la mise en place d’un soutien scolaire pour les enfants en grande difficulté scolaire. Ainsi, la démarche de parrainage profite à l’ensemble des enfants de l’école.

Comment fonctionne le parrainage

  • La contribution mensuelle des parrains permet l’inscription de l’enfant à l’école, l’achat de son matériel scolaire, la prise en charge des dépenses de vaccination et de santé et 3 heures de soutien scolaire par semaine. Le soutien scolaire est ouvert également aux enfants rencontrant des difficultés scolaires et qui ne sont pas parrainés ;
  • A TOCKEM, un animateur est chargé du suivi quotidien des enfants ;
  • Les parrains/marraines ont des échanges réguliers avec l’enfant (par mail, par courrier) avec l’aide de l’animateur local ;
  • L’animateur leur transmet chaque trimestre des nouvelles de l’enfant avec des informations précises sur sa situation scolaire, sa vie quotidienne et sa santé ;
  • La contribution permet chaque année de financer une sortie scolaire à l’ensemble des CM2 de l’école.

 

Elans, projet parrainage de Ntsingbeu
Elans, projet parrainage de Ntsingbeu

 

Elans, projet parrainage de Ntsingbeu
Elans, projet parrainage de Ntsingbeu

 


1. Appui aux collèges et lycées de la Ménoua
2. Projet parrainage de Ntsingbeu
3. Projet Sainte Raïssa à Ntsingbeu
4. Projet Aghang

3. Projet Sainte-Raïssa à Ntsingbeu

Contexte

La communauté rurale de Ntsingbeu-Ntsingfou est localisée dans l’arrondissement de Nkong-Ni dans le département de la Ménoua, province de l’Ouest du Cameroun. Sa population est estimée à environ 12 000 habitants parlant la langue Yemba. La communauté de Ntsingbeu-Ntsingfou est localisée à 10 km de la ville de Dschang qui est le chef lieu du département de la Ménoua.

Les problèmes de l’éducation au sein de la communauté Ntsingbeu-Ntsingfou ont fait l’objet d’un travail spécifique à l’occasion des deux congrès de développement du village organisés en août 2002 et juillet 2007. Il est apparu que dans l’ensemble de la zone Ntsingbeu-Ntsingfou, l’infrastructure scolaire reste très rudimentaire et l’état de certains bâtiments menace même la sécurité des enfants.

Elans, L'école Sainte Raïssa avant 2006

L’école Sainte Raïssa avant 2006

Elans, Projet Sainte-Raïssa

Toile représentant l’école Sainte Raïssa

L’école Sainte Raïssa a été ouverte pendant l’année scolaire 2000/2001 avec 70 élèves et 3 classes fonctionnelles. Depuis lors, elle a fonctionné comme « école de parents », dont la gestion repose entièrement sur les parents d’élèves.

Grâce à l’appui proposée par l’association TOCKEM, partenaire de développement au sein de la communauté Ntsingbeu-Ntsingfou, l’école a enregistré, au courant de l’année 2006/2007, 130 élèves et a ouvert un cycle complet allant de la maternelle au CM2. 4 institutrices ont été recrutées. L’Association des parents d’élèves (APE) gère l’école et l’Association TOCKEM soutient le salaire des maîtresses grâce aux revenus générés par l’activité touristique. Par ailleurs, l’école a accueilli pendant 9 mois une bénévole française, qui grâce à divers appuis, a pu conduire la réhabilitation des 2 salles de classe existantes avec équipement en tables et en bancs, don de livres pour la petite bibliothèque scolaire et constitution d’une trousse médicale.

Encouragés par de meilleurs résultats au CEP (Certificat d’Études Primaires), le personnel de l’École et l’APE souhaitaient continuer la dynamique de redressement afin d’offrir une éducation de qualité aux enfants. Le principal problème rencontré était celui de l’insuffisance de salles de classe. Il n’existait que 2 salles de classe appartenant à l’école, 2 autres salles (dont le foyer paroissial et une maison à proximité) étaient prêtées à l’école pour les cours. Le jumelage des classes était donc systématique et inévitable, d’où de mauvaises conditions d’enseignement et d’apprentissage.

Objectifs

  • Construire et équiper 6 salles de classe d’une capacité de 40 places chacune ;
  • Construire et aménager une salle de jeux ;
  • Construire des latrines ;
  • Sécuriser et aménager une cours de récréation ;
  • Construire et aménager une cantine ;
  • Renforcer les compétences du personnel enseignant de la zone Ntsingbeu-Ntsingfou aux techniques d’animation (Santé, Eau & Environnement et Droits de l’Enfant) ;
  • Renforcer les échanges scolaires entre les élèves et les enseignants de l’école, et ceux des écoles du département du Nord de la France.

1ère phase d’exécution : (2008/2009)

Budget : 40 000€

Le financement a été possible grâce :

  • Aux dons : Médicamonde, ATAC Linselles, Sylvie Thiriez…
  • À nos activités en France : vente d’artisanat, marché de Noël, lotos…
  • Aux subventions : du conseil régional Nord-Pas de Calais, de la municipalité d’Halluin.

 

Elans, projet Sainte Raïssa

Construction de quatre classes à l’école Sainte Raïssa

Elans, projet Sainte Raïssa

Formation des instituteurs

Activités

  • Construction de 4 classes.
  • Formations des enseignants : 50 enseignants issus de 7 écoles de Ntsingbeu ont suivi un programme d’animation scolaire portant sur l’hygiène de l’eau, la santé et les droits de l’enfant et y consacrent 2 h d’enseignement hebdomadaires. 1300 enfants sont ainsi sensibilisés régulièrement à ces thématiques.
  • Échanges Nord Sud : les enfants d’Halluin et les enfants de Ntsingbeu échangent régulièrement, par le biais de dessins, de courriers…

 

Elans, projet Sainte Raïssa

Séance d’échange scolaire

Elans, projet Sainte Raïssa

Séance d’échange scolaire

2ème phase d’exécution : (2010/2013)

Budget : 30 000€

Le projet est totalement autofinancé par ELANS et TOCKEM grâce à nos différentes manifestations et aux dons de nos adhérents.

Activités

  • Construction de 2 classes ;
  • Construction d’une salle de jeux ;
  • Construction de 3 blocs de latrines ;
  • Sécurisation de la cour de récréation.

 

Elans, projet Sainte Raïssa

Sensibilisation des élèves à l’usage des latrines

Elans, projet Sainte Raïssa

Salle de jeux pour les classes maternelles

 

Film réalisé en 2011, présentant la fresque des élèves de l’école de Sainte Raïssa


 

3ème phase d’exécution : la cantine (2014/2015)

Budget : 24 577€

Le financement est réuni grâce :

  • À la participation des populations locales (Association de parents d’Elèves de l’école Ste Raissa) ;
  • À nos activités en France : vente d’artisanat, marché de Noël, lotos…
  • À un don de matériel (don d’une cuisine professionnelle).

Activités

Construction et aménagement d’une cantine et de la cour de récréation.

L’enseignement au Cameroun se fait en journée continue et les élèves ne peuvent pas rentrer à la maison pour le déjeuner comme par le passé. Ainsi, les enfants pour leur déjeuner, grignotent ce qu’ils ont amené de chez eux ou achètent auprès des marchands ambulants des produits alimentaires mal conservés. En conséquence, des cas de malnutritions chroniques et même d’intoxications alimentaires sont fréquents.

La construction d’une cantine scolaire a pour objectif d’offrir aux élèves et aux enseignants, au moins une fois par jour, un repas complet et équilibré à l’heure du déjeuner.

Elans, projet Sainte Raïssa

Les élèves devant leurs nouveaux locaux

Elans, projet Sainte Raïssa

Construction de la cantine de Sainte Raïssa

 


1. Appui aux collèges et lycées de la Ménoua
2. Projet parrainage de Ntsingbeu
3. Projet Sainte Raïssa à Ntsingbeu
4. Projet Aghang

4. Projet Aghang

Historique

Les difficultés rencontrées par l’école d’Aghang ont été rapportées lors du Congrès 2002 de la Communauté Ntsingbeu-Tsingfou (Bafou, Ouest-Cameroun) par le Comité de Développement de Aghang auprès de l’ACSD.

En juin 2004, l’Association des Parents d’Elèves d’Aghang, par l’intermédiaire de notre partenaire TOCKEM, nous fait parvenir un projet dont l’objectif est l’amélioration des conditions d’étude et d’apprentissage à l’école publique d’Aghang. Les principales difficultés dans les établissements scolaires sont d’ordre structurel, l’échec scolaire étant directement lié aux conditions de vie dans la classe et au manque de matériel.

Lieu du projet

Aghang est un village du groupement Bafou, sa population est comprise entre 900 et 1000 habitants. Il est situé à 4 km de la ville de Dschang (chef-lieu du département de la Menoua).

Sur le plan administratif, Aghang a à sa tête un grand notable (Mo’o Ghang) subordonné au Chef Supérieur Bafou. Les initiatives de développement y sont conduites par le Comité de Développement d’Aghang qui a développé depuis une dizaine d’années une étroite collaboration avec la communauté voisine de Ntsingbeu-Tsingfou. C’est ainsi qu’Aghang a participé au Congrès 2002.

Elans, projet Aghang

L’environnement de l’école à Aghang

Elans, projet Aghang

Vétusté de l’unique salle de classe

 

Situation spécifique au plan scolaire

Il n’existe qu’une seule école primaire dans le village. Celle-ci est publique et a longtemps existé comme « école des parents », jusqu’à sa reconnaissance en 1991 par l’Etat qui y construit alors une salle de classe.
Quatre salles pour six classes (de la SIL au CM2) y sont construites en dur, au total, dont trois salles construites par l’Association des Parents d’Elèves et le comité de Développement du village. Elles sont tôlées, sans plafond, sans portes ni fenêtres. Les sols des quatre salles sont non-revêtus et poussiéreux. Le bureau du directeur, construit en semi-dur par les parents, n’est pas aménagé et ce dernier utilise provisoirement un local d’à côté prêté par un parent d’élève.

Pour l’année 2003/2004, 220 élèves étaient inscrits à l’école d’Aghang pour 57 bancs au total soit un ratio de 3.85 élèves sur un banc de deux places.

Objectifs

  • Construire et équiper deux salles de classe à l’école publique d’Aghang ;
  • Aménager et équiper le bureau du directeur de l’école publique d’Aghang ;
  • Renforcer à travers le projet d’Aghang le partenariat et la solidarité entre les communes de Nkong-Ni (Cameroun) et d’Halluin (France) d’une part, et les communautés éducatives de Bafou (Cameroun) et de France d’autre part ;
  • Contribuer à la scolarisation des plus jeunes dans la zone d’Aghang et limiter ainsi l’exode rural et la pauvreté.

Exécution

Budget : 33 620 euros

Les fonds ont été réunis grâce à des subventions du Conseil Régional du Nord-Pas de Calais et du Conseil Général du Nord, de la municipalité d’Halluin, de dons privés, mais aussi grâce à des actions menées au lycée Gambetta de Tourcoing.

Des jeunes du Lycée Gambetta de Tourcoing, dans le cadre de leur TPE, ont vendu des cartes, ont organisé une soirée théâtrale. Ils ont aussi mené une conférence débat sur l’aide au développement dans leur lycée. Ce qui a permis à tous les élèves de terminale d’être sensibilisés aux actions de développement.

 

Elans, projet Aghang

Conférence au lycée Gambetta à Tourcoing

Activités

  • Mai 2005 : début des travaux.
  • Avril 2006 : réception du bâtiment et du matériel d’équipement.
  • Septembre 2006 : aménagement du bureau du directeur et embauche de 2 enseignants supplémentaire.

 

Elans, projet Aghang

Les nouveaux locaux de l’école à Aghang

Elans, projet Aghang

Plafond de la salle de classe

Les commentaires sont clos.